Association Nationale des Footballeurs Professionnels du Gabon
Adhérer

Rémy EBANEGA: «La situation du football gabonais est dramatique»

Engagement social

Interrompus en mars en raison de la crise sanitaire, les championnats n’ont toujours pas repris au Gabon. Aucune date n’a été, non plus, fixée. Une situation qui alarme Rémy Ebanega, président de l’Association nationale des footballeurs pros du Gabon (ANFPG). L’ancien international s’est confié aux journalistes de Sportnewsafrica dans cet entretien.

 Rémy Ebanega, quelle est la situation actuelle du football gabonais ?

C’est très simple : il est complètement à l’arrêt, depuis le mois de mars, et la fin des compétitions en raison de l’épidémie de Covid-19. Les joueurs ne s’entraînent pas. Seul le club de l’AS Bouenguidi, engagé en Ligue des Champions, a obtenu une dérogation. C’est tout. Aucune date n’a été envisagée. Et aujourd’hui, nous n’avons aucune visibilité. Les joueurs ne peuvent donc pas exercer leur profession.

Comment expliquer cette situation ubuesque ?

Cela semble uniquement lié à la crise sanitaire, alors qu’au Gabon, il y a très peu de cas de Covid-19. Le gouvernement a allégé de très nombreuses mesures de restriction prises au début de l’épidémie, sauf pour le sport. Je suis surpris, car à ma connaissance, le football a repris dans quasiment tous les pays africains, ou s’apprête à reprendre. Cela signifie que de nombreuses personnes qui vivent du sport, et je ne parle pas que des joueurs ou des entraîneurs, sont sans activité.

L’État gabonais subventionne très largement le football. Les raisons seraient-elles économiques ?

Non, je n’ai pas cette impression. C’est, à mon avis, uniquement lié à la situation sanitaire. Et comme l’État et ses partenaires financent en très grande partie le football gabonais, les clubs sont dans l’incapacité de payer les joueurs. Résultat, ces derniers ne touchent plus de salaire. C’est un problème récurrent au Gabon, car même quand les championnats se déroulaient, les footballeurs étaient confrontés très régulièrement à ce problème. Et beaucoup d’entre eux sont dans des situations très précaires. Certains n’ont plus de contrats…

Avez-vous des exemples ?

Oui. Certains, faute de pouvoir payer leur loyer, ont dû trouver des solutions d’hébergement d’urgence dans leur famille, ou chez des amis. Comme ils ne touchent plus de salaire, ils sont obligés de faire d’autres jobs pour gagner un peu d’argent. Car au Gabon, les salaires des joueurs sont modestes. Certains touchent 230 € par mois, mais beaucoup doivent se contenter de moins.  Je sais également que certains joueurs envisagent d’arrêter leur carrière. Un an sans jouer, c’est long, et avec très peu de perspectives, des joueurs pensent déjà à leur reconversion, même s’ils n’ont que 25 ou 26 ans.

L'AS Mangasport (en Vert et Jaune) a été obligé de déclarer forfait pour la Coupe de la CAF à cause du Covid-19.

Avez-vous alerté l’État ?

Bien sûr. Nous avons demandé à être reçus au ministère des Sports. Nous attendons la réponse. Plusieurs fois, nous avons interpelé le gouvernement, lors de conférences de presse, ou à travers les médias. La situation est dramatique. Si l’État décide de ne pas autoriser prochainement la reprise des activités sportives, il faudrait qu’il accompagne financièrement ceux qui vivent du sport, avec des aides. Car de plus en plus de personnes sont confrontées à la précarité, et si cela continue, les cas vont encore augmenter.

Que peut faire votre syndicat pour atténuer les effets de cette situation ?

Depuis plusieurs mois, nous avons mis sur pied un système de boutiques solidaires. Nous aidons une quarantaine de nos adhérents, en leur fournissant des denrées alimentaires et des produits d’hygiène. Nous sommes là également pour leur apporter un soutien moral et juridique. Comme je vous l’ai dit, nous multiplions les alertes, auprès du gouvernement, pour que les choses évoluent. Mais nous n’avons pas les ressources financières pour les aider à payer leur loyer ou leurs factures…

Le football gabonais est-il en danger ?

Le football, mais aussi le sport en général. Tout est à l’arrêt, que ce soit au niveau amateur ou professionnel. Pour les footballeurs, puisque c’est mon domaine, nous sommes en train de perdre des joueurs, qui vont, pour certains, mettre un terme à leur carrière, car ils ont besoin de gagner de l’argent pour vivre. Cette situation est dramatique, il faut vite en sortir…

Propos recueillis par Alexis BILLEBAULT  

https://sportnewsafrica.com/remy-ebanega-la-situation-du-foot-gabonais-est-dramatique

© FIFPro World Players' Union 2021 - Mentions légales Réalisé par IDIX
Rechercher