Association Nationale des Footballeurs Professionnels du Gabon
Adhérer

ENTRE LA PESTE ET LE CHOLÉRA LE FOOTBALLEUR DOIT-IL CHOISIR ?

Services aux joueurs

Au moment où le championnat (saison 2019-2020) se déploie dans sa deuxième journée, le footballeur au Gabon est amené à se poser des questions existentielles quant à la pratique du sport qu’il a décidé d’en faire un métier. Entre deux entraînements intensifs (matin et après -midi), des arriérés de salaires qui s’étalent pour certains depuis la saison 2013-2014, des paiements intermittents au gré du bon vouloir des présidents, et la pression sociale qui considère “son métier” comme un passe-temps, ses réflexions sont orientées vers les acteurs du football national qui le prennent en otage et le relègue au simple rôle de faire-valoir.

 

A QUEL JEU JOUE LE MINISTÈRE DES SPORTS ?

Cette interrogation est fondamentale, car elle permet de replacer la chapelle au centre du village, rappeler le rôle du Ministère des Sports dans l’organisation du football au Gabon. En sa qualité de tutelle, le Ministre des Sports ne fait rien, sinon pas assez pour aider à structurer, organiser et assainir la pratique du football au Gabon, mieux elle refuse de peser de son poids pour protéger les acteurs .

Après l'interpellation à la FIFA par l’ANFPG suite au problème des arriérés de salaire (saisons 2016/2017 et 2017/2018) et la mise en place, par le Ministre des Sports Mr Franck NGUEMA, d’une commission ad hoc pour l’évaluation de la dette des clubs, force est de constater que cette commission présidée par le Directeur de Cabinet du Ministère des Sports, composée des représentants des clubs, de la LINAFP, de la FEGAFOOT et des joueurs a accouchée d’une souris. Pendant toutes les séances de travail, la tutelle n’a pas été capable d’exiger aux clubs et à la LINAFP de produire les contrats liant joueurs et clubs afin de favoriser une meilleure lisibilité de la dette comme cela avait été convenu.

Au moment où éclataient les échanges par médias interposés avec le Président de l’Association des Clubs Professionnels de Football, le Ministre a choisi de classer les footballeurs comme de simples objets de loisirs en arguant que “l’ Etat à d’autres priorités notamment sociales”, comme si le problème des  footballeurs non payés depuis des années est une question banale.

Pour cette saison, une fois de plus, le Ministère des sports a choisi de jouer le rôle de banquier, prêt à sortir des liasses, pourvu que le championnat se joue, sans tenir compte des  mécanismes de contrôle des fonds publics alloués au clubs encore moins de la manière dont ces compétitions sont organisées avec ces fonds. 

 

L’ATTITUDE DES PRÉSIDENTS DE CLUBS

Comme souvent, depuis plus de dix ans, les matchs ne reprennent que lorsque les clubs reçoivent la subvention de l’Etat. Cette saison n’a pas dérogé à cette mauvaise habitude érigée en règle désormais: “Si l’Etat ne paie pas il n’y’ aura pas de championnat.” Les dirigeants des clubs exigent « le paiement intégral de la subvention aux clubs de D1 et D2 » et menacent d’arrêter le championnat si leur demande n’est pas satisfaite, peut-on entendre à chaque début de saison, prenant en otage des centaines de jeunes qui nourrissent le rêve de jouer en élite. 

Comme souvent, sous n’importe quelle formule, quelle que soit la date d'arrêt de la saison écoulée, les modalités de participation, les visites médicales de pré saison existantes ou pas, l’absence de contrat, si l'État paie, la saison sera sauvée par ces “héros” d’un tout autre genre, qui pour seule arme n’ont que la subvention pour agir. 

On se souviendra encore des récentes sorties du président de l’Association des Clubs Professionnels de Football (ACPF) qui affirmait que les clubs sont prêts et qu’il revenait au Ministère de lancer les hostilités or, le footballeur n’a jamais été sollicité pour aborder la question. A croire que ce championnat se joue entre les présidents de clubs, la LINAFP et le Ministère des Sport. 

Ces derniers nient le rôle que jouent les footballeurs avant le championnat et lorsque celui-ci est démarré les joueurs deviennent de simples moyens pour eux d’atteindre le but ultime: la subvention de l’année en cours.

 

QUID DE LA LINAFP ?

Mais que fait la LINAFP dans ce mic-mac, est-on amené à se demander ? Depuis sa création et dans l’esprit de sa mise en oeuvre, elle est chargée d’organiser les championnats d’élite de D1 et D2 et surtout d’assurer l’indépendance financière desdits championnats. 

Dans les faits, elle semble être prise entre son inefficacité d’organisation de différentes formules (en 3 ans, trois modèles d’organisation différents du championnats ont été proposés), son influence qui diminue au fil des années, sa capacité à s'asseoir sur les règles qui lui permettent d’exister (pour ce championnat 2019-2020, les clubs n’ont pas proposé de contrats aux joueurs, or le règlement du championnat oblige la LINAFP à homologuer les contrats avant de produire les licences pour prendre part à ses compétitions et les visites médicales qui semblent désormais aléatoires).

Dans ce flou, elle se perd parfois à défendre les clubs et justifier de leurs errements au détriment d’un championnat sans direction devenu peu attractif et moins attrayant pour le public qui ne sait plus que faire les week-ends.

 

Pour finir, le footballeur, englué dans cet environnement qui ne l’aide pas a désormais peur pour son avenir, s’interroge sur l’idée de poursuivre son rêve et surtout a faim. La peur de ne pas savoir ce qui l’attend lorsqu’il s’engage avec un club qui peut décider de rompre cette entente ou de ne pas lui verser un salaire en toute impunité. La crainte de ne pouvoir subvenir aux besoins de sa famille du fait qu’il ne soit pas payé.

A l’orée de la saison 2019-2020, le footballeur n’a pas le droit d’être pris en otage par les échanges de mots entre les clubs et le ministère ni par les ententes tacites entre la LINAFP et les clubs. A l’orée de cette nouvelle saison, le footballeur doit être considéré à sa juste valeur et être respecté de tous. Ce qui est certain, c'est que l'ANFPG ne cessera son combat pour le respect des droit et la valorisation du statut de footballeur professionnel au Gabon. 

 

A bon entendeur...

© FIFPro World Players' Union 2020 - Mentions légales Réalisé par IDIX
Rechercher